Tériaki

Eladrin Hexblade

Description:

J’ai le look Eladrin.
Mais les cicatrices et le bout d’oreille manquant fond de moi un être inquiétant.
Je suis en armure Chain, botte de cuir chic, fourrure et tissu de qualité. Mais le sceptre (Rod) avec un tête de diable et l’épée noire qui dégage des éclairs électriques rendent le personnage intimidant.

On remarque tout de suite que je fais partie de la noblesse: Le choix des mots, la politesse, l’attitude fière et distante avant de commencer les combats.
La force de mes pouvoirs m’étonne par moment, on peut sentir que je n’ai pas toute l’expérience qui va avec les pouvoirs que j’utilise.

Bio:

Je suis né dans la citée des neufs tours.
Habile commerçant en composante magique j’ai fait fortune malgré que je ne sois pas membre d’une famille dominante. J’ai attisé la jalousie et je me suis retrouvé en prison après un procès arrangé.

Je ne suis pas resté la longtemps, on m’a emmené avec d’autres et j’ai été torturé et soumis à un rituel magique pour ouvrir et gardé actif un portal infernal.

Je n’aurais pas du survivre, mais mes bourreaux ont été tués par un groupe d’aventurier et Sir Jonas m’a ramené à la vie.
Auparavant je n’avais jamais fait de magie, à part éteindre une chandelle au bout de la table. Mais depuis mes tourments, il bouille dans mon sang un lien étrange avec les enfers. J’ai hérité d’une puissance qui aurait du me tuer. Je devine que tot ou tard j’aurai des comptes à rendre avec le monde infernal. Mais pour le moment je cherche ma vengeance sur la famille FouetSanglant.

Je me souviens de mon arrivé à Ratchet pendant l’invasion des Gnolls.
Je me souviens d’avoir appelé mon épée Foudrenoire. Elle es apparu dans ma main au grand désarrois du Gnoll qui s’est embroché dessus. Pris de panique l’instant d’après
j’ai appelé sans savoir comment, Érétik mon diable personnel. Le reste du combat fut un bain de sang. Foudrenoire frappait en tout sens, et Érétik achevait les survivants à mes cotés.

Les gnomes m’ont habillé, mais j’ai quitté la ville rapidement, en route vers le désert pour avoir un peu la paix et fuir. Dans la Citée je suis mort, ma survie est un affront à la famille du FouetSanglat. Je dois me méfier d’eux et de leurs espions.

La croisade m’a permis de mesurer mes moyens. Passer de simple marchand de la petite noblesse à un Warlock niveau paragon demande quelques ajustements. Ils sont faits.
La douleur reste par contre. Pas moment le morceau d’âme de diable ou de démon que je porte m’inflige d’atroce souffrance. Pendant les combats je perds par moment complètement contrôle de moi. Mais bon je suis encore en vie.
J’avais déja parcouru le récit des légendes du prince Elric et de son épée Stormbringer. J’espère ne pas allez aussi loin que lui dans les tourments de mon âme.

Tériaki

La terre promise fbelanger